Parcours Saint-GermainBack

Parcours Saint-Germain

Le Parcours Saint germain est une manifestation annuelle d’art contemporain, qui propose une promenade artistique dans ce quartier mythique. Une trentaine d’artistes sont invités chaque année à créer des œuvres inédites, présentées dans les lieux emblématiques du quartier, Place Saint-Germain-des-Prés, dans la chapelle de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, Place Furstenberg, chez Christian Dior, Louis Vuitton, au Café de Flore…

Cette exposition renoue avec une longue tradition qui fit de Saint-Germain-des-Prés, l’un des symboles de la vie culturelle parisienne.

www.parcourssaintgermain.com

Comité de soutien

M. Jean-Paul Claverie – Conseiller du Président – Groupe L.V.M.H
M. Jean-Pierre Lecoq – Conseiller de Paris, Maire du 6e arrondissement
M. Miroslav Siljegovic et Mme Monique Mouroux – Comité Saint-Germain-des-Prés
M. Alfred Pacquement – Directeur du Musée national d’art moderne – Centre Georges Pompidou
M. Henry-Claude Cousseau – Directeur de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris
Mme Pascale Le Thorel – Critique d’art et Directrice des éditions de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris
M. Alain Reinaudo – Directeur adjoint, département des échanges artistiques de CulturesFrance
Mme Marie-Laure Jousset – Responsable et conservateur du design – Centre Georges Pompidou
Mme Anne-Marie Charbonneaux – Présidente des amis du Jeu de Paume
M. Hervé Mikaeloff – Consultant en art contemporain
M. Gilles de Bure – Critique d’art
M. Kamel Mennour – Galeriste
Mme agnès b – Créatrice
M. Jean-Charles de Castelbajac – Créateur
M. Olivier Massart – La Mode en Images
Mme Sylvie Winckler – Collectionneur
Mme Astrid de T’Sercleas – Journaliste
Melle Carole Chrétiennot – Café de Flore (télécharger interview PDF)
Mme Sandra Mulliez – Collectionneur

Ange Leccia

Ange LecciaBack

Ange Leccia

“Ange Leccia est un artiste majeur, l’un des pionniers français de l’art vidéo. Depuis le début des années 1980, la lumière et l’image, combinées à l’humain sont la matière première de son œuvre. […] Ainsi se répondent des visages et des paysages retenus par la caméra, des moments fabriqués, des instants saisis. […] L’artiste fait advenir les sujets : il filme des visages qui, pour devenir sujets, doivent être regardés, visités, interrogés. Il instaure un face-à-face singulier entre celui qui filme et le sujet filmé pour traquer ce qu’un visage laisse transparaître, au-delà de la surface, au-delà de l’être. Dans des dispositifs la plupart du temps d’une grande simplicité, loin de la superproduction afin d’être au plus proche du sujet, il enregistre la respiration, le battement des cils, une veine qui bat, des événements qui font l’être : des portraits justes, saisis, parfois volés en ce qu’ils saisissent l’être au-delà de sa conscience. […] Il fabrique des effets en utilisant le ralenti, le sample, la répétition, la colorisation et la solarisation. La musique est un autre composant des œuvres d’Ange Leccia : plus qu’un ressort, elle induit un état, une relation particulière entre l’image et son regardeur. Il n’est jamais question de discours ni de mots chez lui, c’est un art sinon silencieux, du moins fait d’une langue d’autant plus universelle qu’elle combine image et musique. […] Le souffle de la vie qui irrigue cette installation se lit et se ressent comme dans un carnet intime. Revenant à l’essence de son œuvre, à son caractère profondément intime, Ange Leccia trace ici des voies inédites entre réel et fiction.” Extraits du texte d’Alexia Fabre

Pour cette édition du Parcours Saint-Germain 2017, Ange Leccia répond à l’invitation du Café de Flore et propose une installation développée pour ce lieu mythique. Un triptyque vidéo présente une jeune femme, l’air introspectif, qui observe les gens dans le café. Comme une œuvre miroir, nous pouvons nous perdre dans nos pensées en regardant cette femme, rappelant ainsi l’état d’esprit particulier des cafés parisiens, que le Flore représente si bien.

Co-production : Carole Chrétiennot / Café de Flore – Parcours Saint-Germain

 

Mathieu Mercier

Mathieu MercierBack

Mathieu Mercier

L’oeuvre protéiforme de Mathieu Mercier opère un déplacement d’objets originaires dans le champ de l’expérience esthétique. leurs valeurs d’usage et de symbole se confondent dans un art marqué par les avant-gardes et les ready-mades, comme par l’art minimal ou le design actuel. Ses productions semblent révéler, dans une certaine immédiateté, leur propres mécanismes de construction, mais derrière leur apparence épurée subsiste une aspiration à la perturbation. Les nombreuses références irritant son univers engagent une réflexion plurielle touchant à des problèmes à la fois plastiques, mémoriels et phénoménologiques. les Sculptures et installations hybrides de l’artistes véhiculent ainsi un rapport ambigu au réel, nous perdant dans nos propres incertitudes, frôlant l’énigme. Le regardeur est invité à laisser libre cours à son imagination face à la multitude de possibilités d’interprétations.

 

A l’occasion du Parcours Saint-Germain 2016, il est invité à créer un projet in-situ au Café de Flore : la totalité des miroirs de ce lieu emblématique est recouverte d’un adhésif semi-transparent dont le motif s’inspire de la trame des miroirs stylisés dans la culture pop, du cartoon à Roy Lichtenstein. En façonnant le reflet, qui permet notamment de voir et d’être vu, l’artiste questionne la fonction spécifique de cet objet hautement symbolique en même temps qu’il expose les limites des jeux et codes sociaux opérés dans ce célèbre lieu de rencontre. La référence pop s’accompagne donc d’une démarche conceptuelle de mise en abime instaurant une hésitation dans la manière d’appréhender ces lieux à la théâtralité revendiquée.

 

Co-production : Carole Chrétiennot / Café de Flore – Parcours Saint-Germain

 

 

FRANCK SCURTI

FRANCK SCURTIBack

FRANCK SCURTI

FRANCK SCURTI AU CAFÉ DE FLORE

Galerie Michel Rein

« Le travail de Franck Scurti [né en 1965] est difficilement répertoriable [car] l’artiste se place dans un mouvement qui est moins celui de la quête, du projet, que de la trouvaille et de l’attention au moment. […] Franck Scurti vagabonde à travers le monde et rapporte de ses déplacements des émissions de signes, souvent mineures, peu perceptibles, sans grande portée. […] Franck Scurti n’est pas un inventeur : il agence, compare, hybride, agrandit et déforme au besoin. La matière est prête, formatée, les discours ont été prononcés, les usages décidés, les idéologies bien en place. Reste à l’artiste la possibilité infinie de faire jouer des éléments dont la rigidité et la fixité ne sont que de façade ; reste à emmêler les origines et les fonctions, les références et les attributs. » Extrait du texte de Elisabeth Wetterwald.

Pour le Parcours Saint-Germain, Franck Scurti investit le Café de Flore avec de nouvelles pièces de la série Still Life conçues spécifiquement pour ce lieu emblématique de la vie culturelle parisienne.

LE GUN

LE GUNBack

LE GUN

LE GUN est un collectif fondé en 2004 par cinq artistes anglais (Neal Fox, Robert Rubbish, Stéphanie Von Reiswitz, Chris Bianchi et Bill Bragg) qui publie un magazine éponyme d’illustrations narratives. Le collectif conçoit également des installations et dessins à grande échelle qui mêlent esthétiques punk, pop et surréaliste.

À l’occasion de Parcours Saint-Germain. LE GUN investit le célèbre Café de Flore. À l’étage est reconstitué le Bar des Cornichons qui était le point de rendez-vous d’un groupe d’artistes surréalistes des années 1920, obsédés par le noir et blanc, nommé le Calamar Noir. L’animal était la projection de leur imaginaire et de leurs désirs latents alors que l’encre noire symbolisait le liquide de la création. Le soir du 25 septembre 1925, après que les cinq membres qui composaient le groupe du Calamar Noir se soient réunis autour d’un banquet noir et blanc gargantuesque, ils trouvèrent tous mystérieusement la mort dans des circonstances différentes et restées inconnues… LE GUN laisse planer le doute sur la réalité de ce groupe dont il s’est déjà inspiré pour réaliser une exposition à la Galerie Suzanne Tarasiève en 2012.

Jeanne SUSPLUGAS

Jeanne SUSPLUGASBack

Jeanne SUSPLUGAS

Jeanne Susplugas, multidisciplinary artist draws our addictions and obsessions.

For the Café de Flore, the artist specifically designed placemats and a series of contextual drawings. She uses for this new series, Bottles, the principle of her drawings Containers. Here, the flasks were changed to bottles of drinks-names are replaced by words which, when assembled, form sentences.

These have two origins: some are from the collection by the artist throughout his readings for ten years, others are the result of special orders to writers. With humor and poetry, the artist pays tribute to this legendary coffee and literature that she loves

Cerise DOUCEDE

Cerise DOUCEDEBack

Cerise DOUCEDE

Pour cerise Doucède, la photographie est un moyen de mettre en forme ses rêves éveillés. Passionnée par la mise en scène et la création d’installations, son travail s’articule sur la relation qui peut exister entre les êtres humains et les objets. Ses personnages, perdus dans leurs pensées, projettent sur les décors et les objets qui les entourent leurs peurs, leurs obsessions et leurs fantasmes.

Pour le Parcours Saint-Germain, Cerise Doucède présente une nouvelle série inédite réalisée sur commande, mettant en scène des personnalités de Saint-Germain-des-Prés et qui gravitent autour du Flore et du Parcours.

« J’aime ces instants où je peux réinventer les lieux, m’approprier les objets pour leur faire dire autre chose. J’aime suggérer et non révéler des histoires »

Renaud Auguste Dormeuil

Renaud Auguste DormeuilBack

Renaud Auguste Dormeuil

Projet de Renaud Auguste-Dormeuil spécialement réalisé pour le Café de Flore, une série de portraits étranges.
( Produit par le Café de Flore et le Parcours Saint-Germain )

« La quête du pouvoir est un travail laborieux, elle n’est jamais le fruit du hasard. C’est également le révélateur d’un ego surdimensionné. En reprenant des photographies officielles de « grand hommes » de l’histoire contemporaine, la série « Les Ambitieux » propose un effacement radical de l’expression de cet ego ».

Le Parcours Saint-Germain et le Café de Flore ont choisi de mettre à l’honneur les collectionneurs et leur rôle actif dans le soutien des artistes, l’artiste Renaud Auguste-Dormeuil réalise une série de portraits de collectionneurs sur commande selon le même principe que sa série « Les Ambitieux ». Il rend ainsi un hommage à ceux qui sont le premier soutien des artistes tout en faisant un clin d’œil à la longue tradition de la commande de portrait. Un jeu va consister à chercher à reconnaître les collectionneurs exposés sur les miroirs du Café de Flore.

Rhona BITNER

Rhona BITNERBack

Rhona BITNER

Through her photographs, the New York artist Rhona Bitner leads an observation of the entertainment world.

She got interested in the circus and its actors: acrobats, trapeze artists, clowns and tightrope walkers emerge from the darkness while they begin their exploits. More recent series show the scene and its ornaments. Freed of their protagonists, these performance venues reveal their adornment: drapes, velvet curtains, spotlights and chandeliers occupy the image whose composition reflects a work on light.

In each of these photographs, the scene seems frozen, as in the silence that characterizes these short moments before or ending a show. Rhona Bitner captures and reflects this tension questioning the very notion of theatricality.

Seven photos of Stages series will be exhibited at the Café de Flore.

Guy LIMONE

Guy LIMONEBack

Guy LIMONE

Guy Limone was born in 1958 in Villefranche-sur-Saone. He lives and works in Paris. At Café de Flore, the artist imagines around the game, placemats in the spirit of his “tapestries”, created from his collections of images, taken everywhere and always. Arranged in piles, the images remind a painter’s palette, a child’s room in disorder, a card game without rules …Some photographic prints will dress the windows and mirrors of Café de Flore.

Guy Limone uses various media such as photography, painting and installation, to work on the single and multiple, uniformity and diversity. Promoting the work in series, his works are taking the shape of miniature figurines garlands inspired by various statistics, or even “tapestries”, large monochrome rectangles composed of many small pictures of the same color.

Nicole TRAN BA VANG

Nicole TRAN BA VANGBack

Nicole TRAN BA VANG

Nicole Tran Ba Vang lives and works in Paris.

Nicole Tran Ba Vang performs for the Café de Flore an “in situ” project with a new series of photographs “The Land beyond the Magic Mirror” inspired by the story by Lewis Caroll. The artist continues his thinking on the relationship of the body to its surroundings, from the individual to its environment. A double trick will be created. The photographs are reflections of mirrors and also take their place. The device of presenting these photographs replacing the mirrors doubles the ambiguous interplay between the real and the fictional.

If the visitor does not find out immediately, surprising at first not to see his reflection and then find mirrors populated by creatures or clones bearing the footprints of the place on their body (the patterns are inspired from the wall or the ceiling). Embroidered on the seats and patterns, ornamental motifs escape from the image word to contaminate the physical space of the exhibition, such proliferating entities both attractive and threatening that bring us into a strange poetic atmosphere.

NATASHA LESUEUR

NATASHA LESUEURBack

NATASHA LESUEUR

Natacha Lesueur at the Café de Flore with chef Alain Passart.

His usual models, wearing frozen vegetables or stuffed with slices of salami, brings from Human being a raw and strangely futuristic idea, like a mix between surgery and plastic, new kitchen and body art.

Natacha Lesueur this time adds a touch of music hall. Indeed, at the Café de Flore, her legs eaten tart photos of greed seem to emanate from the scene of a cabaret where customers would look on girls’ legs. Higher the leg!

Michael LIN

Michael LINBack

Michael LIN

Michael Lin was born in 1964 in Tokyo. He lives and works between Paris and Taiwan.

During the Parcours, the Café de Flore is adorned with strange windows with plant motifs and floral arabesques with bright colors that are reminiscent of the design of a perfume bottle. Very young, Michael Lin left Taiwan to New York, where he studied design. Returning to his island in 1993, he began using printed textiles from Japanese and Taiwanese tradition, which he based his work on the floral motifs.

Michael Lin’s painting has found its fulfillment in the ornamentation and its relationship to architecture. Its giant patterns use all the space available to him to decline on walls, floors and furniture, and create functional areas that invite visitors to enter.

Erwin WURM

Erwin WURMBack

Erwin WURM

Erwin Wurm was born in 1954 in Austria. He lives and works in Vienna.

For the Parcours Saint Germain, Erwin Wurm creates a new serie of sculptures “One minute” he realizes at the Café de Flore with personalities and regulars who frequent the area and neighborhood. This principle, that makes the reputation of the artist since 1997, is to portray characters in outlandish situations, dealing with objects of everyday life whose use has been changed.

The starting point of his work still stands in written and drawn instructions given by the artist to the “models”. Frederic Beigbeder, Christian Lacroix, Nathalie Rykiel … lent themselves in the artist’s game.

Stéphane CALAIS

Stéphane CALAISBack

Stéphane CALAIS

Stéphane Calais changes the decor of the Cafe de Flore, temporarily replacing existing lamps with six new ceiling lights in colored glass. This project joins a theme dear to the artist since 1994: “decorative, color and objects used as paradigms of contemporary vanities”.

Stéphane Calais was born in 1967 in Arras. He lives and works in Paris. Between “formal hand kick” and more delicate scenes made, Stéphane Calais happily combines paintings and sculpture. Where these dynamic and growing installations that evoke a related fantasy universe and mythology. Some signs are straight from the comics, others closer to a fairy tale. His works reflect a growing moment.

Claude RUTAULT

Claude RUTAULTBack

Claude RUTAULT

Literary Café, during the exhibition, around different paintings monochrome every day. The artist was present to meet the public.

Claude Rutault was born in 1941. He lives and works in Vaucresson. The artist develops his system from a premise stating that the first method is to paint with the same color as the wall on which it is hung, and it must be repainted in line whenever the wall color changes.

The artist proposes that sending a monochrome painting limited in time and involving interventions. This concept defines a work to perform, with or without the artist, and which it is impossible to imagine the result in advance. A second method complements the first: if the wall is not painted, neither is the painting… these methods were developed from this choice through numerous exhibitions, including the national museum of Modern Art in 1992.